Vous êtes ici :   Accueil » La maison commune (1794)
 
 
La Commune
Risques Naturels
Richesses Perdues
Ma Jeunesse
Biographie
Ales- Les Cevennes

Reproduction d'un livret paru en 1934

ALAIS et le GARD
Nos Origines
FOLKLORE
VIDEOS
Corrigeons les erreurs
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
hhXp
Recopier le code :

Ci apres, transcrit in texto le proces verbal du conseil général
de la commune de Saint Martin de Valgalgues, portant sur le changement de l'Eglise en maison commune

Délibération du conseil général de la commune de MONTVALGUES du dixieme germinal an 2
(30 mars 1794) une et indivisible

Le Conseil général de la commune de Montvalgues cydevant St Martin de Valgalgues assemblés présent les citoyens martin cyprien Volpillière maire, Jean Taissonniere, jean Martin, pierre Cabane, barthélémy Roche, jean pierre Baldy officiers municipaux, autre jean Soleirol agent national et jacques Soustelle, jean Félix, jean Barry, jean Roussillon, joseph Pongy,pierre Baldy et jacques Bascou notables et beaucoup d'autres citoyens de la commune assemblés en la place de la liberté.
Le conseil général considérant que la disparition des signes extérieurs du culte catholique; annoncé de toute part a été effectué depuis quelques temps dans cette commune présage présage de l'anéantissement du fanatisme enemy intérieur qui reste a la République; Considérant que l'esprit public a été prononcé par offrande à la République de toute l'argenterie, cuivre ,léton et autres faisaant l'ornement de la cidevant Eglisecatholique, et dont l'envoy a été fait à l'administration du distrrict depuis le vingt cinq ventose dernier (15 mars 1794).
Considérant que pour parvenir entièrement à l'extirpation de toutes superstitions qui a fait couler tant de flot de sang dans la france et notamment dans les contrées à laquelle le génie de la raison à suplé en la désarmantd'un poignard sacilège; Considérant que le batiment ou sexercait cidevant le culte catholique; aujourdhuy dépouillé des objets utiles a la République; et les objets en étoffes et linges ayant été brulé à la place de la liberté le troisième decady de ventose dernier, sur la réquisition des citoyens mornas et Sabbatier agents Nationaux du représentant du peuple Borie en présence des citoyens, le batiment doit devenir le temple de la raison et le lieu du civisme d'ou partira une instruction tous les décades qui amenera le peuple à la propagation des vrais principes Républicains.
L'agent national entendu Le Conseil a unanimement délibéré et arresté que désormais le batiment de la cidevant Eglise Catholique sera destiné pour le bon plaisir du représentant du peuple Borie et des autorités Constituées pour le temple de la raison ou seront faites chaque décady l'explication des lois qui parviendront à la municipalité.
Arrette encore que attendu que dans cette commune qui est chef lieu du canton de Aban et Mazac, il n'y a point de maison commune pour tenir ses assemblées des municipalités du lieu et celles du Canton lorsquil est nécéssaire et qui sont requises par les autorités supérieures.
De mème mème que pour tenir les séances du Comité de surveillance, de demander au représentant du peuple Borie qu'il veuille bien authorisé le Conseil Général à erriger la maison cy devant Curiale en maison commune; au quel effet l'extrait de la présente luy sera envoyée incessament.
De mème qu'a l'administration du district.

Suivent les signatures.....


Date de création : 22/11/2010 @ 17:42
Dernière modification : 22/11/2010 @ 17:47
Catégorie : La Commune - Son évolution
Page lue 2718 fois

Mes Grands Pères 1914

A GARDER DANS TOUTES LES MEMOIRES CETTE INSULTE ENVERS LES POILUS

Ceux que Clemenceau avaient appelés avec mépris "les jardiniers de Salonique", leur reprochant longtemps leur inaction, poursuivent la guerre cinq mois de plus que leurs camarades, postés en Roumanie et tenant le front sud de la Russie contre les bolcheviques. Ce n'est qu'en mars 1919 que les poilus d'Orient sont rembarqués d'Odessa avec le sentiment d'avoir injustement été les oubliés de la Grande Guerre.


Près de 300 000 soldats français, dont plus de 50 000 ne sont jamais revenus, ont combattu sur ces terres balkaniques où ils ont vécu une fraternité d'arme avec leurs alliés serbes, italiens, britanniques, australiens, néo-zélandais. 

http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/archives_photo/visites_guidees/balkans.html

Autrement aussi scandaleux les Fusillés pour l'exemple. QUAND SERONT ILS REABILITE?

http://www.cndp.fr/fileadmin/user_upload/POUR_MEMOIRE/fusilles/120106_PM-fusilles-grande-guerre.pdf

Ligne24.gif

Mes Grands Pères pendant la grande guerre  

Marius Hilarion GINOUX   1896-1975
Médaillé ancien combattant 14/18, médaillé des campagnes d'Italie et d'Orient

Ligne24.gif

Julien Joseph Antoine CÉSAR  1884-1964

A lui aussi fait la campagne d'Orient

LES ANNALES de LA COMMUNE
Selon l'opinion de Hours de MANDAJORS, dans son ouvrage sur " la dispute d'Alyse en Bourgogne et de la ville d'Alez, capitale des cévennes en languedoc, au sujet de la fameuse Alésia, assiégée par Cesar" , il paraitrait que les noms des peuples gaulois qui ont habité ces contrées sont restés aux localités où ils campaient.
Cet auteur fait remarquer la plaine de St-Martin et de St-Julien de Valgalgues, où un secours fut envoyé par les Gaulois contre les Romains qui occupaient cette contrée. Mais ayant été surpris par un détachement, il fut battu, et le lieu du combat a conservé le nom des vaincus, VALGALGUES (vallis gallorum ou vallée des Gaulois).
<<Au reste ajoute Mandajors, cette preuve non écrite, soutenue par tant d'autres, ne fait pas moins foi que la littérale, dans un pays où l'on n'écrivait point, et dont les habitants, peu zélés pour une telle gloire, ne peuvent etre soupçonnés d'avoir eu recours à une fiction>>.
 
SAINT-MARTIN-DE-VALGALGUES appartenait en 1384 à la Viguerie d' ALAIS et au diocèse de Nimes; mais dés avant 1435 ce lieu avait céssé d'en faire partie, et il avait été incorporé à la viguerie et au diocèse d'Uzes, doyenneté de Navacelle.
Le prieuré de Saint-Martin-de-Valgalgues, uni à l'abbaye de Cendras, était à la collation de l'abbé de ce monastère; l'Eveque d'Uzes ne conférait que la vicairie sur la présentation de l'Abbé de Cendras. Ce village se composait, en 1384, de 2 feux et demi.
LES PERSONNALITES
LES ANNALES DES MINES (Houillère)

On relate la présence de la houille dans les Cévennes dès le 13 ème siècle. Le charbon dans cette région affleure fréquemment à flanc de coteau et fait l'objet d'exploitation artisanale. On connaît depuis longtemps le pouvoir calorifique de cette roche noire.

Après la seconde guerre mondiale, les Houillères des Cévennes, moins touchées par les ravages de la guerre, répondent à l'effort de production nationale et extraient 2,4 millions de tonnes dès 1946, se plaçant au deuxième rang des exploitations des Houillères du Centre-Midi, derrière le Bassin de la Loire. Plus de 22 000 personnes travaillent alors dans les mines.
Proches de la Méditerranée mais accrochés aux rudes pentes des paysages cévenols, les sites de production sont nombreux, éparpillés et difficiles d'accès. De plus, les gisements sont « difficiles » et le rendement fond s'avère être le plus faible des houillères du Centre-Midi.
En 1969, au terme d'un long travail de concentration des sites d'extraction, les HBCM exploitent, dans le Gard, trois sièges auxquels s'ajoute l'exploitation de Graissessac dans l'Hérault : au Sud, près d 'Alès, le siège Destival ; au centre, près de la Grand'Combe, les puits des Oules et de Ricard ; au nord, près de Bessèges, le siège de Saint-Florent.
La centrale thermique du Fesc, installée à la Grand'Combe, sur les bords du Gardon, constitue le débouché essentiel de la production des exploitations gardoises. L'exploitation souterraine s'arrête définitivement en 1985 et la production se poursuivit dans des mines à « ciel ouvert » qui ferment progressivement pour cesser toute exploitation en 2001. Au Nord de l 'Hérault, près de Bédarieux, l'exploitation en découverte de Graissessac, qui alimentait la centrale thermique du Bousquet d 'Orb, s'est terminée en 1992.

ALES M'EST CONTÉ
Le fief d'Alais appartenait, au Moyen Age, à la maison de Pelet, descendante des anciens comtes de Melgueil, qui avaient eux-mêmes pour auteurs les premiers vicomtes de Narbonne. Les Pelet, qui ont toujours réclamé en vain le comté de Melgueil et la vicomté de Narbonne, furent même obligés de se contenter de la moitié d'Alais lorsque Simon de Montfort se fut emparé de l'autre. Ils gardèrent cette moitié, sous le titre de baronnie, jusqu'au mi-lieu du XVIIe siècle. L'autre moitié, devenue partie du domaine de la couronne par la cession d'Amaury de Montfort, fut érigée en comté et passa successivement par mariage ou par vente aux Beaufort, aux Montmorency et aux Conti.
 
Ligne24.gif

La seule raison du destin, c'est son irrésistibilité à la fatalité

Si l’on n’est plus que mille, eh bien, j’en suis ! Si même ils ne sont plus que cent, je brave encore Sylla; S’il en demeure dix, je serai le dixième;
Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là.

Victor Hugo - Les Châtiments

conception du site ©J-Pierre César 2009            optimisé 1024x768
Ce site et les fichiers des adhérents ne sont pas déclarés à la CNIL - Dispense n° 6 - Délibération n° 2005-284 du 22 novembre 2005

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification
et de suppression des données selon la loi Informatique et Liberté (article 34) du 6 janvier 1978.

sticker.gif
Vous êtes ici :   Accueil » La maison commune (1794)